Calendrier & Conseils de jardinage

Septembre

Potager

La récolte de pommes de terre est au programme. Celles que l’on réserve à la conservation peuvent être étalées un ou deux jours à même le sol en plein soleil pour être sèches et saines. Mettez de côté toutes celles qui sont tachées ou blessées. Sur la planche libérée par cette récolte semez du trèfle incarnat, un engrais vert à laisser sur place jusqu’en avril prochain où vous le broierez et l’enfouirez à la bêche. Parmi les semis au programme, la mâche, l’épinard, la roquette et le radis d’hiver dont l’étonnant et savoureux « Green Meat ». Semez des choux cabus de printemps dont le repiquage se fera en octobre. A propos des choux, les piérides attaquent et risquent de les dévorer : protégez-les avec un filet. Effeuillez les pieds des tomates pour que les fruits profitent au maximum du soleil. Bichonnez courges, potirons, potimarrons et autres cucurbitacées en les isolant du sol avec de la paille ou une planche pour éviter qu’ils soient attaqués par les limaces. Entourez les cardons dans un papier épais pour qu’ils puissent blanchir. Aérez votre compost si vous y avez mis des tontes de gazon, sinon ce dernier risque de pourrir.

 

Verger

Dans les fossés des environs, cueillez de la prêle que vous ferez sécher de manière à en avoir en réserve pour confectionner des purins (contre les maladies des fruitiers) à utiliser au printemps prochain. Récoltez les premières poires et pommes. Celles qui ne sont pas consommées tout de suite seront installées à la cave. Un truc pour éviter les maladies de conservation : tremper les pommes pendant cinq minutes dans une eau à 45° : ce procédé aussi simple que parfaitement écologique suffit à détruire la plupart des germes indésirables. L’époque n’est pas encore à la plantation de nouveaux arbres – ce sera pour novembre – mais on peut anticiper en creusant par avance les trous, ce qui est plus facile de faire maintenant que lorsque le sol sera détrempé et boueux.

 

Jardin d’ornement

Commandez des narcisses, des jonquilles et des crocus que vous planterez dès la fin du mois dans votre pelouse de manière à la transformer en prairie fleurie dès le début du printemps. Si votre pelouse a souffert de la sécheresse et qu’elle s’est dégarnie, c’est le moment de ressemer après avoir gratté superficiellement le sol ; après le semis, pensez à passer un rouleau pour que les graines puissent germer plus facilement et pour qu’elles ne soient pas la proie des oiseaux. Divisez les vivaces, plantez des pensées, semez les annuelles rustiques (soucis, centaurées, pavots) qui donneront au printemps prochain. Pour que vos dahlias tiennent le coup jusqu’aux gelées, dopez-les avec une dose d’engrais liquide, sans oublier de raffermir les tuteurs. Si vos annuelles et vivaces manifestent de la fatigue et que vous souhaitez leur donner une nouvelle jeunesse pour en profiter pendant l’arrière-saison, donnez-leur un coup de fouet avec un arrosage doublé d’une pulvérisation de purin d’ortie.

 

Terrasse, balcon et intérieur

Le coleus n’est pas qu’une plante de massif en extérieur. C’est aussi une plante d’intérieur intéressante avec ses grandes feuilles rouges. Si vous en avez acquis ou que l’on vous en a offert un, c’est en septembre que l’on peut bouturer une hampe de 10 cm qu’on laissera tremper dans un récipient rempli d’eau et que l’on transfèrera dans un pot rempli de terreau dès que des racines apparaîtront. Pensez à préparer les plantes d’intérieur que vous aviez installées sur le balcon pendant la belle saison, à une migration dans l’autre sens, en les nettoyant, les binant et les traitant.

 

La plante du mois : Chou rave

Le chou dans lequel, selon l’imagerie populaire, naîtraient les bébés est, sur le plan horticole et botanique, une famille, celle des brassicacées, très nombreuse. Tous les choux cultivés dérivent d’une espèce endémique en Europe de l’Ouest et autour du bassin méditerranéen. Des sélections successives ont donné naissance à trois cents variétés ce qui permet de choisir des choux qui conviennent à tous les sols, tous les climats et qui peuvent se récolter en toutes saisons. Ces variétés se classent dans quatre catégories : choux feuillus ou frisés et choux à pomme simple ; à pommes multiples (chou de Bruxelles) ; à inflorescences (chou-fleur) ; et les choux à racine renflée, Brassica oleracea gongiloides ou chou-rave dont le joli « Azur Star » d’une belle couleur mauve. Comme tous les choux, il est assez facile à cultiver. On le sème en pépinière en avril, on le repique en juin (un plant tous les 20 cm), on le bine, on l’arrose régulièrement, on le protège de la piéride avec du purin de tanaisie, on le récolte à partir de septembre et on peut le conserver tout l’hiver pendant lequel il agrémentera soupe et pot-au-feu. Le chou a de nombreuses vertus. Dans l’Antiquité, Caton en fait l’éloge alimentaire et médical : « Il guérit tout » assurait cet agronome romain. Au Moyen Age, le chou, riche en vitamines fut une des bases de l’alimentation populaire et permit de résister aux famines. Surnommé « médecin des pauvres », il chasserait la mélancolie. En cataplasme, il cicatrise les plaies. Confit dans du vinaigre, il favorise la digestion et dissipe l’ivresse.

Pour lire la suite achetez l'almanach 2022
Nos partenaires