Calendrier & Conseils de jardinage

Janvier

Potager

Ne vous précipitez dans le froid pour retourner une terre gelée. Écoutez le dicton : « Mois de janvier, laisse la terre se reposer ». La sagesse jardinière recommande d’accepter le temps qu’il fait. Au chaud, à l’intérieur, préparez les commandes sur catalogue, affûter et réparer les outils. Plantez l’ail. Profitez d’un radoucissement pour épandre du compost et procéder aux premiers semis sous abris : choux de printemps et variétés précoces de radis et de carotte. À défaut d’abri ou de serre, on peut se procurer un voile de forçage que l’on installe sur des arceaux en osier et que l’on cale avec des pierres : il protègera efficacement les premiers semis de salade résistant bien au froid. Surtout ne jeter pas les feuilles de choux abimées après leur récolte : elles constituent un apport appréciable dans le tas de compost dont elles activeront la fermentation ; elles peuvent aussi être découpées et servir d’engrais vert complétant celui que vous aviez semé à l’automne.

Verger

Les traitements chimiques ne sont plus à la mode, mais rien n’interdit ceux qui sont naturels. Dans ce registre, il y a beaucoup à attendre de pulvérisations à base de propolis à effectuer en période hivernale. Ce produit des abeilles, mélangé à de l’alcool (100g de propolis dans 10cl d’alcool dans 10 litres d’eau) contribue à la lutte contre l’oïdium ou la cloque du pêcher. Si vous ne l’avez pas fait en novembre et que le sol s’est dégelé, vous pouvez poursuivre les plantations d’arbres fruitiers. On commencera à tailler les pommiers. Le réchauffement climatique incite dans nos régions à essayer le figuier, voire l’olivier. Pour ce qui est de l’abricotier, évitez les variétés trop précoces qui sont souvent victimes du gel ce qui n’est pas le cas du ‘Bergeron’, une variété régionale robuste et plus tardive.

Jardin d’ornement

Donnez une nouvelle vie à votre sapin de Noël. Pour éviter qu’il termine à la décharge – ou au coin d’une rue, ce qui est passible d’une amende – achetez un sapin en pot et dès qu’il a rempli son office, plantez-le dans une partie du jardin où il aura de la place pour grandir. Bonne période pour trier les graines récoltées à la fin de l’été, pour consulter les catalogues et commander les annuelles ou pour entreprendre des travaux d’infrastructure comme la création de nouveaux massifs. Si vous avez une petite serre, vous pouvez faire des semis de dahlia en particulier les variétés naines : un semis en janvier vous garantira à un coût modique une floraison précoce, dès juin. Dans vos plates-bandes, tulipes, narcisses et jonquilles montrent le bout du nez ; binez légèrement autour des jeunes pousses, enlevez les mauvaises herbes qui risquent de les parasiter. Nettoyez les feuillages des vivaces qui ont été abîmées par le gel, notamment celles qui ne vont pas tarder à refleurir, tels les ibéris et les aubriétias. Taillez les arbustes à floraison estivale (buddléias, hibiscus, carioptéris, glycine, sauge arbustive, chèvrefeuilles, clématites).

Fenêtre, balcon et intérieur

Si vous avez reçu comme cadeau de Noël une azalée du Japon, une amaryllis ou une jacinthe, vous prolongerez leur floraison en prenant la précaution de les placer tous les soirs au frais dans un endroit peu chauffé (entre 5 et 10°) de la maison ou de l’appartement. Vivaces et arbustes de terrasse et de balcon sont moins résistantes qu’en pleine terre. Elles doivent être protégées avec de la paille ou des voiles d’hivernage contre les coups de froid.

La plante du mois : Tagètes

C’est une des fleurs annuelles au rapport prix-effort-satisfaction le plus élevé. En effet, elle est des plus faciles à obtenir. La tagète qui est la version botanique, donc originelle, de l’œillet d’Inde se contente en effet de toutes sortes de terres et résiste bien à la sécheresse, sans doute parce qu’elle est originaire du Mexique. On la commande maintenant et on peut la semer en caissette à l’abri dès la fin du mois. On la repiquera début avril, moment aussi où on peut la semer en pleine terre. Ses fleurs en étoiles jaune, oranger et vermillon, apparaîtront en mai et dureront jusqu’en octobre voire décembre si le temps n’est pas trop froid. On peut soit lui réserver un massif ou une bordure qui leur seront spécialement dédiés ; soit en repiquer dans une rocaille ou dans un massif de vivaces. Elle se plait aussi dans un bac ou une potée où elle tiendra compagnie à des cosmos, des zinnias et des kochias. La tagète peut aussi être installée au potager : grâce à son parfum puissant à la fois acidulé, citronné et parfois poivré, elle servira de répulsif contre les pucerons et altises. Ce parfum a été remarqué par chercheurs de nouvelles saveurs en gastronomie qui l’utilisent comme condiment pour relever une salade où ses pétales lumineux et goûteux sont du meilleur effet ; des chefs qui ont été séduit par ses saveurs d’agrumes l’ont retenue pour accompagner certains crustacés. Cette humble plante a des vertus en phytothérapie où elle est utilisée pour des préparations facilitant la digestion.

Nos partenaires