Calendrier & Conseils de jardinage

Novembre

Potager

Si on avait pensé à les semer fin juillet on récolte maintenant les radis noirs dont on se régale de la saveur piquante pleine de vitamines. Peu de semis sont possibles, mais si l’on a le goût du risque, on peut planter l’échalote et dans les secteurs relativement cléments les fèves et les petits pois. Récoltez courges et potirons même si vous ne les trouvez pas assez gros : il vaut mieux des petits que des pourris. Fauchez et enfouissez les engrais verts semés en août et septembre. S’il y a un reliquat, mettez-les au compost. Aérez ce dernier et incorporez feuilles mortes et dernières tontes. Gardez une bonne brouettée de feuilles pour protéger les touffes d’artichauts qui n’aiment pas le froid. Mettez poireaux, carottes, panais, céleris rave et betteraves rouges en jauge en creusant une petite tranchée dans laquelle vous les installerez avec de la paille et des feuilles mortes. Ainsi serez-vous dispensé des arrachages difficiles et hasardeux quand le sol est gelé. Autre façon de continuer à consommer les produits du jardin, protégez les laitues dans un tunnel de plastique transparent.

Verger

Pour garantir une bonne production des pêchers, éclaircissez le branchage en supprimant le bois de deux ans. La meilleure période pour planter tous les arbres fruitiers se situe dans la dernière décade du mois c’est-à-dire aux alentours de la sainte Catherine, le 25 novembre. C’est la plus sûre des garanties pour une reprise réussie. Le système racinaire se développera naturellement en profondeur et à partir de janvier, le démarrage de la végétation se fera naturellement. Un arbre planté à cette époque a 95% de chance de reprendre surtout si l’on a pensé à enfouir au fond du trou de la cornaille et du fumier.

Jardin d’agrément

Les chrysanthèmes sont à l’honneur et ces « fleurs de lumière » illumine le jardin ; les fleurs et les feuilles de certaines variétés comme le Shungiku sont à déguster crues en salade. Les règles de plantations des arbres fruitiers s’appliquent aux arbustes à fleurs. Avec de nouvelles variétés de rosiers, clématites, viornes, forsythias, lilas, hydrangeas c’est le bon moment de compléter votre collection. N’oubliez qu’il ne faut pas planter dans « le trou d’un homme mort », autrement dit là où poussait l’année précédente un arbuste ou un rosier mort depuis car à cet endroit la terre est soit épuisée ou infestée. Déterrez les souches de dahlias mais ne touchez pas aux chaumes des graminées : ils les protègent du gel et créent des paysages d’hiver magnifiques avec le givre. Grattez légèrement la surface de la terre des massifs de vivaces et si vous avez un reliquat de feuilles mortes, dispersez-les entre les touffes. Elles se décomposeront pendant l’hiver et protègeront de l’érosion.

Terrasse, balcon et intérieur

Sur la terrasse, il est urgent de protéger toutes les plantes et arbustes gélifs avec des voiles ou de la paille, de rentrer en serre ou véranda bougainvillées et fuchsias. Au rayon des plantes d’intérieur, il faut mettre au repos les cactées et les plantes grasses. Mises à part ces dernières qui se passent d’eau pendant l’automne et l’hiver, les autres plantes ont besoin d’arrosages réguliers (mais moindres qu’à la belle saison, d’une fois par mois à une fois par semaine selon les espèces). Faites la toilette de vos plantes d’intérieur à feuillage avec de l’eau tiède additionnée de savon de Marseille plutôt que les produits lustrants qui peuvent brûler les feuilles.

La plante du mois : Cyclamen

Le cyclamen évoque en général plutôt une plante d’intérieur que l’on trouve chez les fleuristes et dont les fleurs aux couleurs rose, pastel et carmin apportent une tonalité chaleureuse en fin d’année. L’un des principaux spécialistes de cette plante, la famille Morel originaire de l’Ain et installée aujourd’hui à Fréjus (Var) propose des variétés des plus séduisantes mises au pont au terme de plusieurs années de sélection et d’hybridation – « il faut de huit à dix ans pour obtenir une nouvelle variété » précise l’un des représentants de la famille Morel. C’est ainsi qu’ont été créés des cyclamens bicolores et d’autres qui sont tout rouges. Leur floraison à l’intérieur s’étend de la fin septembre au début décembre, selon les variétés et les soins qu’on leur prodigue : ils ont besoin de fraicheur et il faut les arroser régulièrement et sans excès. Mais le cyclamen est aussi une plante vivace sauvage, Cyclamen purpurascens qui pousse dans la fraicheur des montagnes, en particulier celles du Dauphiné, de la Savoie et du Bugey. C’est une petite fleur de 5 à 15cm de haut, gracieuse – on la surnomme parfois « coquette » – qui pousse en groupe formant des belles taches roses de plusieurs dizaines de centimètres de diamètre, de véritables colonies que l’on doit au travail des fourmis qui en dispersent les graines. Pour des raisons dont la nature garde encore le secret, elles ont eu la bonne idée de coloniser des jardins ombrés des régions lyonnaises et stéphanoises. Et c’est un ravissement parfumé puisqu’en plus de leur grâce, elles dégagent un discret parfum de muguet

Nos partenaires