Calendrier & Conseils de jardinage

Mars

Potager

Après avoir terminé les travaux de bêchage, d’amendement et les grands nettoyages d’avant printemps, on se lancera sans risque, puisque la terre s’est réchauffée, dans les premiers semis en pleine terre : laitue à couper, laitue « Reine de mai », roquette, carottes, oignons, choux. On sèmera aussi, mais en serre chaude, tomate, poivron, piment, aubergine. Vers la fin du mois, si votre potager bénéficie d’une bonne exposition, plantez les premières pommes de terre. Essayez une variété peu connue d’origine bretonne, la « Kerpondy », goûteuse et résistante aux maladies. Griffez les fraisiers en leur apportant du fumier décomposé. Aménagez un carré de plantes aromatiques et condimentaires, où vous sèmerez persil, cerfeuil, coriandre et aneth, que complèteront des plants de ciboulette, d’origan, d’estragon, de sauge, d’oseille, de sarriette et de poireau perpétuel ; ne prenez pas le risque de semer ou de repiquer du basilic, le temps est encore trop frais ; il faut attendre début juin pour que cette espèce d’origine subtropicale puisse s’épanouir. Si vous n’aimez pas les petites bêtes faites une exception pour les carabes, un petit scarabée noir qui s’attaque aux œufs des limaces.

 

Verger

Terminez de planter les arbres à racines nues et de bouturer les cassissiers et les groseilliers. Binez le pied des arbres fruitiers en renouvelant les apports de compost. Continuez les traitements commencés le mois dernier contre la cloque du pêcher. Repoussez les hoplocampes, Fleurs d’amandier des ravageurs friands des pommiers et pruniers avec des pièges tout simples : des bandes de carton blanc, préalablement engluées, qui vont attirer ces insectes. Certaines variétés de cerisiers sont plus particulièrement sensibles aux pucerons : ils seront dissuadés par une pulvérisation d’huile de colza. Admirez les amandiers en fleurs.

 

Jardin d’ornement

Commencée fin février, la taille des rosiers se poursuit. Veillez à ne pas tailler trop court les roses anciennes et à vous contenter d’une taille de forme pour les rosiers botaniques dont certaines variétés commencent à fleurir dès la fin du mois. Nourrissez-les d’une bonne couche de compost mélangé à du fumier (entre 5 et 10 cm d’épaisseur). Plantez en pleine terre glaïeuls, lys, dahlias en protégeant ces derniers des limaces. Plantez ou divisez les vivaces : ainsi asters, sédums, marguerites, heucheras se porteront mieux. A condition de les arroser abondamment par la suite, on peut encore planter des arbustes, tels les hortensias qui préfèrent les terres acides et les parties les plus ombrées du jardin. Comme pour les autres arbustes d’ornement, les professionnels recommandent des trous de bonne dimension (30 × 30 cm), à remplir d’un mélange de cornaille, de fumier, de compost et de bonne terre de jardin. Sans cette nourriture riche, les arbustes risquent de végéter.

 

Fenêtre, balcon et intérieur

Rempotez les plantes vertes d’intérieur dont la terre n’a pas été changée depuis deux ans (sauf celles qui sont actuellement en fleur). Reprenez des arrosages plus réguliers avec de l’eau non calcaire et tempérée à laquelle, une fois par quinzaine, on ajoutera de l’engrais liquide raisonnablement dosé. Multipliez en divisant les souches de sanseveria, de calathéa et de citronnelle que vous pouvez installer sur la terrasse dès que le temps se radoucit. Le microclimat d’un balcon ou d’une salle de séjour ne vaccine pas contre les maladies et les ravageurs : surveillez l’arrivée de cochenilles et celle de l’oïdium. Traitez avec des produits que l’on trouve en jardinerie, mais prenez garde de ne pas forcer la dose.

 

La plante du mois : Blette

Dans la catégorie des plantes à plusieurs facettes, la nature et le travail de sélection variétale nous gratifient de légumes qui satisfont à la fois le goût et l’esthétique. C’est le cas de la blette ou poirée. On connaît bien la blette à côtes blanches. Mais il y a aussi les blettes à cardes colorées (rose, jaune, rouge), véritables petits chefs-d’œuvre végétaux. Elles embellissent le potager et se plaisent avec les fleurs comme on peut le constater dans les massifs des villes et villages fleuris. Appelée aussi « bette », car elle est de la même famille botanique que la betterave, la blette est un légume dont on récolte de juin aux gelées les tiges (appelées aussi pétioles ou côtes ou cardes) et les feuilles, délicieuses à la poêle ou pour accompagner des pâtes. Très répandue dans le Sud-Est de la France, elle se sème en mai dans une bonne terre bien compostée. Attention ce légume de gourmands est de culture facile, mais il est lui aussi gourmand : il épuise le sol et il ne faut pas le semer au même endroit deux années de suite. Quelle variété choisir ? Pour ce qui est des blettes conventionnelles on retiendra la régionale « Verte d’Ampuis », une rustique résistant bien au froid et au chaud, aux appétissantes cardes charnues ; si l’on cherche à la fois l’originalité, le goût et une note de couleur au potager, on optera pour la « Bright Yellow » aux étonnantes cardes jaunes ou pour la « Vulkan » ou « poirée rhubarbe » aux larges côtes rouge foncé. Quant aux amateurs de mescluns originaux, ils se régaleront de la « Fantasy » dont les jeunes feuilles se dégustent crues.

Pour lire la suite achetez l'almanach 2022
Nos partenaires