Calendrier & Conseils de jardinage

Juillet

Potager

Si les mois précédents ont été secs, les jardins se déshydratent vite. Il faut donc arroser mais en trouvant le juste milieu entre le trop et le trop peu. Concombres, courges, poivrons, aubergines doivent être arrosés sans mouiller les feuilles ce qui pourrait provoquer l’arrivée de maladies. Mieux vaut arroser moins souvent (trois fois par semaine) mais plus abondamment, car ainsi les plantes développent leur système racinaire. Si le temps est humide, surveillez les feuilles de tomates et de pommes de terre qui sont attaquées par le mildiou dont les premiers symptômes sont des tâches jaunâtres et du duvet au revers de la feuille. Intervenez rapidement en éliminant toutes les feuilles atteintes (que l’on brûlera) et effectuez un traitement avec de la bouillie bordelaise. Avec laquelle il convient d’être prudent. C’est le fongicide le plus efficace. Mais l’accumulation du cuivre dans les sols a des conséquences néfastes. Afin d’éviter que le remède ne se traduise par des conséquences pires que le mal, on divisera les doses par deux et on aura la main légère lors de la pulvérisation. L’époque des récoltes (laitues, haricots, tomates, concombres, courgettes) bat son plein mais celle des semis est toujours en cours. Au programme : carotte, épinard, navet et radis d’hiver.

 

Verger

Désherbez au pied des arbres fruitiers, binez-les en formant une cuvette pour les arroser plus facilement si la sécheresse sévit mais par temps normal l’arbre se débrouille tout seul. Récoltez les premières poires d’été avant qu’elles n’arrivent à maturité, sinon elles blettissent. Si vous avez la chance de jouir d’un verger assez grand, plantez des cardères sauvages. Cette plante de la famille des chardons, parfois appelée « cabaret des oiseaux » attire ces derniers qui viennent s’en régaler et feront le ménage en dévorant larves et insectes indésirables.

 

Jardin d’agrément

Finissez de tailler les arbustes à floraison printanière et notamment les rosiers remontants pour qu’ils puissent donner de nouvelles fleurs. Puisque d’année en année, sécheresse et canicule s’accentuent, il faut concevoir son jardin en fonction de ces nouvelles contraintes. Pour réduire la corvée d’arrosage pensez à des plantes d’une grande sobriété : pour les annuelles, les cosmos et nigelles ; dans la famille des vivaces, les asters et les perovskias, appelés parfois « sauges d’Afghanistan » ; s’agissant des arbustes, retenez le lagerstromia vacciné contre la soif. Par ailleurs, envisagez d’installer à l’ombre de grands arbres des plantes dites d’ombre qui seront naturellement protégées des ardeurs du soleil. C’est le cas des hellébores et des hémérocalles. Si l’on est en manque de paillage, on peut en réaliser un en allant cueillir des fougères dans les sous-bois des environs ; elles sèchent en quelques jours et on l’installe au pied des plantes qu’elles garderont au frais en dissuadant les mauvaises herbes.

 

Fenêtre, balcon et intérieur

Certaines plantes aromatiques et condimentaires que l’on a installées sur la terrasse dans un bac résistent bien au soleil, comme le thym, le romarin ou la sarriette. Mais d’autres craignent la chaleur. C’est le cas en particulier du persil, de la coriandre, de la menthe et de l’oseille. Il faut qu’elles gardent les pieds humides et un minimum de fraîcheur en les ombrant avec une cagette. Surveillez l’hydratation des plantes d’intérieur en appliquant la règle du « ni trop, ni trop peu ». Adoptez un aloé vera : cette plante grasse originaire d’Afrique se contente d’un substrat de sable et d’argile et d’un arrosage hebdomadaire.

 

La plante du mois : Courgette

Si vous les avez semées en mars en serre ou fin avril dans une terre riche et meuble (vous pouvez aussi avoir retenu la solution de facilité qui est d’acheter des plants tout prêts en jardinerie, c’est plus simple mais vous n’aurez pas toujours un grand choix de variétés), les courgettes arrivent à leur maturité et à l’heure de leur passage à la casserole, seules ou en ratatouille. La courgette n’a pas toujours bonne réputation. Les gastronomes lui trouvent un goût quelque peu fadasse et lui reprochent un manque de consistance. En fait, ces caractères sont aussi des qualités. Par leur faible valeur calorique, les courgettes sont des amies des régimes et pour peu qu’on sache choisir la variété et bien les accommoder, elles ont toutes leur place au potager. Pour leur donner leur chance, on ne les récoltera pas trop petites car elles n’ont alors aucun goût et on retiendra des variétés à la texture non fibreuse et au goût prononcé (au four avec un brin de romarin et une goutte d’huile d’olive, c’est sublime). Sont dans ce cas la « Verte des Maraîchers » et surtout des variétés de couleur jaune comme la « Polka ». Des courgettes jaunes ? Et oui, comme les aubergines blanches et les tomates vertes, ça existe naturellement. Retenir ces variétés originales ne relève pas d’on ne sait quel snobisme jardinier. C’est un choix militant, celui de la diversité botanique et des goûts non standardisés. Quelle que soit la couleur des fruits de cette cucurbitacée, ses feuilles risquent de se couvrir en septembre d’une pellicule blanchâtre. C’est l’oïdium. Rien de grave. On l’enrayera avec une pulvérisation de purin de prêle.

Pour lire la suite achetez l'almanach 2022
Nos partenaires