Calendrier & Conseils de jardinage

Juillet

Potager

Pas question de rester à l’ombre et de se rouler les pouces : « Qui en juillet se remue bien, pour l’hiver amasse bien » ! Semez les légumes à croissance rapide (carotte, chicorée frisée et scarole sans oublier les radis d’hiver) ; repiquez les poireaux et les choux. Pincez les tomates, arrosez-les régulièrement dans l’auge que vous aurez aménagée à leur pied mais en évitant que l’eau ne stagne sur les tiges et les feuilles. Les aubergines ne vont pas tarder à produire ; si vous souhaitiez de l’originalité au potager essayer la variété « Zebrina » avec ses beaux fruits violets zébrés de blanc. En matière d’arrosage, tous les légumes n’ont pas les mêmes exigences. Les poireaux sont des chameaux mais les choux-fleurs ont besoin d’arrosages réguliers pour garantir la formation de la pomme. Arroser mais aussi biner – un « binage vaut deux arrosages » dit la sagesse jardinière – qui permet à vos légumes de respirer et boire. Et n’oubliez pas de pailler partout où c’est possible car l’évaporation sera moindre (les paillis proviennent des résidus de taille broyés cet hiver et stockés au sec).

Verger

Récoltez les abricots et bientôt les poires précoces. Désherbez au pied des arbres fruitiers, binez-les en formant une petite cuvette pour les arroser plus facilement ; paillez pour qu’ils gardent l’humidité. Supprimez des grosses feuilles de vigne gênant l’action du soleil sur les grappes en formation. Si une attaque d’oïdium s’est déclarée, on peut la repousser avec un traitement au soufre. A cause du réchauffement climatique, la mouche méditerranéenne remonte vers le Nord et s’attaque aux pêchers et abricotiers : on l’élimine grâce à un piège utilisant un dérivé de l’ammoniac.

Jardin d’agrément

Les étés ont tendance à être de plus chauds et les jardins souffrent considérablement de la sécheresse. Pour réduire la corvée d’arrosage et alléger la facture d’eau, pensez à réserver une place à des plantes d’une grande sobriété. Pour les annuelles, cosmos, eschscholzias ou pavots de Californie et nigelles sont des fleurs très résistantes à la sécheresse. Quant aux vivaces, gauras, nepetas, asters, gypsophiles et perovskias ont un système racinaire qui leur permet de se passer d’arrosage car il cherche l’eau en profondeur. À cette liste ajoutez les sauges médicinales qui ont aussi une fonction décorative avec leurs hampes bleues ou violettes mettant en valeur de beau feuillage notamment celui des variétés pourpres, telle une récente variété la sauge ‘Porthos’ avec ses petites fleurs  couleur lie de vin et son feuillage aromatique dégageant un parfum d’ananas Rabattez les géraniums vivaces afin de favoriser la croissance d’un nouveau feuillage au vert tendre. Surveillez le tuteurage des delphiniums, des roses trémières, des dahlias pour qu’ils restent droits en cas d’orage.

Fenêtre, balcon et intérieur

Les plantes de balcon ou de terrasse ont d’autant plus soif qu’elles sont en pots ou en jardinières. De ce fait leur système racinaire ne peut aller chercher très profond l’eau dont elles ont besoin. Il faut donc les arroser en conséquence et les abriter du soleil lorsqu’un temps caniculaire dure plus que deux ou trois jours. Quant aux plantes d’intérieur, c’est le moment de tenter des bouturages de coléus, impatiens et saintpaulia. Pour des tisanes et des sirops maison plantez une touffe de menthe, une plante robuste douée de bonne faculté d’adaptation ce qui permet de l’installer sur un balcon pas trop exposé au soleil car elle préfère l’ombre et l’humidité.

La plante du mois : Fougère

Décorative, utile, voire comestible : telle est la fougère. Mais elle est aussi compliquée car elle est un monde à elle toute seule, un monde qui oblige à parler de fougères au pluriel. Il existe en effet plus de 10 000 espèces de filicophytes, le nom scientifique de cette famille. Tout en rappelant que des fougères exotiques sont issues nombre de plantes d’intérieur, on se limitera ici aux fougères de nos sous-bois qui peuvent s’adapter dans les jardins d’ornement pour peu que l’on y trouve un coin frais et ombré à la terre plutôt acide. Le catalogue de Promesse de Fleurs ( www.promessedefleurs.com ) en propose une cinquantaine de variétés telle la « rose cuivrée », ou la « plume d’autruche ». La plus facile à adapter est la « fougère aigle » ou « grande fougère », celle que l’on trouve communément dans les bois. Quand elle s’installe durablement, c’est le signe de la bonne santé écologique du jardin. Si l’on n’en a pas assez on ira en glaner en forêt – avec l’autorisation des propriétaires – quelques brassées, pour les installer au potager le long des rangées de légumes à protéger du soleil. Cet ombrage naturel jouera par ailleurs le rôle de paillage répulsif des pucerons ainsi que des limaces. Avec la fougère, on prépare un purin (100g de plante fraîche pour 1 litres d’eau qu’on laisse macérer une semaine) à pulvériser sur les plantes pour les protéger des pucerons et des limaces. On peut aussi les hacher et les enfouir entre les rangées de poireaux : en se décomposant les feuilles leur apportent de l’azote.

Nos partenaires