Calendrier & Conseils de jardinage

Juin

Potager

Quand on a fait des semis de fleurs annuelles telles que cosmos, zinnias, œillets d’Inde, gardez-en toujours quelques pieds que vous installerez entre les rangées de légumes : cette pratique donne non seulement des résultats très agréables à l’œil mais éloignent les prédateurs du potager. Semez concombres, chicorées, choux pommés d’hiver. Pour agrémenter vos salades et autres laitues que vous avez semées en début de mois (essayez des variétés régionales qui ne montent pas trop vite comme la « Rouge Grenobloise » ou la laitue « De Pierre Bénite »), laissez-vous tenter par le parfum piquant de la moutarde et de la roquette, sans oublier un peu d’aneth. Lequel vous rendra un sacré service : c’est un excellent remède préventif contre le ver du poireau. Quand vous repiquez ces derniers, semez à la volée quelques graines d’aneth : le redoutable ver se tiendra à distance et vous serez dispensé de la chimie insecticide. Arrosez trois fois à dix jours d’intervalle avec un purin de consoude les pieds de tomates que l’on a repiquées en début de mois. Ce traitement donnera des fruits plus savoureux et plus gros.

 

Verger

Nettoyez le pied des arbres. Versez une brouettée de compost au pied de chaque arbre, pour les nourrir bien sûr mais aussi pour étouffer les mauvaises herbes et pour maintenir de l’humidité au niveau des racines. Empêchez les fourmis de monter le long des troncs en les badigeonnant de glue. Ne laissez pas les rejets se développer : coupez-les sinon ils risqueraient d’affaiblir l’arbre. Protégez les fraisiers contre les oiseaux en installant des filets que l’on pose sur des arceaux.

 

Jardin d’agrément

Comme il faut attendre la fin du mois pour arracher les oignons de tulipes et que la partie du jardin d’agrément où elles se sont épanouies n’est pas, dès lors, des plus esthétiquement réussie à ce moment, pensez à installer des jeunes plants d’œillets d’Inde ou de cosmos entre les rangées, vous cacherez ainsi les hampes desséchées des tulipes. Bichonnez vos rosiers en taillant les fleurs fanées et en les désherbant à la main (ils craignent les désherbants chimiques, même les sélectifs). Tuteurez dahlias et grandes Roses vivaces (delphinium, gaura). Dispersez du mulch (résidus de taille et copeaux) entre les plantes des massifs – cela évite la repousse des mauvaises herbes et limite la déshydratation. Si le mois est sec, espacez les tontes du gazon. Si vous manquiez d’idées pour améliorer votre jardin, allez faire un tour dans l’un des jardins ouverts à l’occasion de la « Journée des Jardins » qui se tient le premier week-end de juin. Dans certains des jardins sélectionnés, vous croiserez sans doute une de ces ravissantes prairies fleuries d’annuelles et de vivaces. C’est très réussi esthétiquement et cela vous dispense de plusieurs tontes.

 

Fenêtre, balcon et intérieur

Pour garantir une floraison tonique et prolongée des potées vivaces et d’annuelles, introduisez des bâtonnets d’engrais retard dans la terre préalablement enrichie de terreau. Quand on a craqué pour un bonsaï il faut s’en occuper autant qu’on le ferait pour un animal : arrosages très réguliers, protections contre le soleil, engrais spéciaux, notamment à base de zéolithe (un substrat minéral d’origine volcanique) sont indispensables, pour qu’ils s’épanouissent dans une situation très contrainte. A l’intérieur, bouturez les sansevierias en coupant un bout de tige et en la plantant dans un pot de sable maintenu humide. Essayez la calathéa, une plante originaire d’Amérique du Sud, séduisante avec ses hampes qui s’ouvrent le matin et se referment le soir.

 

La plante du mois : Lin

Au potager, dans une prairie que l’on veut fleurir ou dans un massif dédié aux fleurs annuelles, le lin a toute sa place. Les graines de la variété commune (Linum perenne) semées en mars germent rapidement et donneront début juin de jolies petites fleurs bleues. Sa couleur et son port sont du meilleur effet en contre-fond d’un massif de roses rouges. Il existe aussi une variété dite à grande fleur (Linum grandiflorum) qui donne des fleurs plus larges en forme de coupe et de couleur rouge ou rose. Le lin est par ailleurs utilisé en jardinage biologique. Il remplace les produits chimiques pour éloigner les doryphores des carrés de pommes de terre. On alterne une rangée de pomme de terre et une rangée de lin – ce qui est d’autant plus facile à réaliser que le semis de l’un et la plantation de l’autre peuvent avoir lieu simultanément – et on a la garantie que les tubercules seront comme vaccinés contre le doryphore. On ne le dira jamais assez : les plantes soignent les hommes ainsi que les autres plantes. Décoratif au jardin d’agrément, utile au potager, le lin est aussi une matière première textile dont la France est le premier producteur mondial (145 000 tonnes de fibres produites annuellement). Un végétal d’avenir car sa production est plus écologique que le coton gourmand en eau et dont le bilan carbone est alourdi par son transport depuis les pays producteurs. On signalera par ailleurs que l’huile issue des graines de lin a des pouvoirs bienfaisants en cosmétique et qu’elle est recommandée dans certains régimes pour sa richesse en acides gras essentiels.

Pour lire la suite achetez l'almanach 2022
Nos partenaires